11 février 2010

Un vieil homme et son chat.

Le vieil homme soupesa le sac qui  grouillait en couinant. Satisfait, il se remit en chemin. Il sortit du quartier délabré. Même les taudis avaient changé. Ils lui paraissaient moins sordides qu'il ya... quelques décennies. La peste soit de la modernité! Il était temps de rentrer. Et puis, à quoi bon traîner, se promener, surtout en plein jour?  De toute façon, il ne reconnaissait plus Londres. Tout s'amenuisait, le monde pâlissait, loin de ses couleurs d'autrefois. Avec la perte des colonies, le vieux lion britannique... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 février 2010

Le riche et le pauvre.

Oui, le riche était un brave homme. Mais trop, c'est trop. Marre des pauvres! surtout les bien propres, les hypoocrites qui remercient d'une façon cauteleuse quand on leur refile dix centimes, pas plus! Certains même sont visqueux de reconnaissance gluante! et surout non feinte! ah! les cons! Quel plaisir d'être riche en méprisant ces dégueulasses!Mais c'est si bon e faire l'aumône! On se sent puissant, intéressant, bon, utile! Puissant:  on est un type bien! Quelle absolue gouleyance!  De plus, pour pas trop cher, on... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2010

Au cabaret des assassins.

(   L'estaminet des assassins. (Ce qui suit est un hommage à Victor Hugo, en souvenir d'un très beau dialogue d'Han d'Islande). Griete, la servante, apporta de nouvelles bières. Des fortes. Les trois buveurs montraient de belles trognes réjouie. On sentait en eux une joie de vivre puissante. Griete était la servante typique que l'on voit sur les tableaux des vieux maîtres flamands. Elle essuyait parfois les assiettes encore humide sur le tissu de sa jupe, se frottant ainsi le popotin.... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2010

LE conséquences de la vaisselle.

l I vivait seul. MAis les épreuves passées lui apprirent à s'en contenter. Et à profiter des petites joies quotidiennes sans qu'elles soient gâchée par quelqu'un d'autre. Il  n'était pas du genre à faire la vaisselle après le repas. Cette odieuse pratique empêche de jouir vraiment de ce qu'on a mangé. De savourer encore tout en se vautrant dans une siste opportune. Bonheur sans fioriture! Il lavait donc son assitte, son couteau, etc, le soir ou en fin d'après-midi. Ce jour-là, il eut l'idée de ne pas le faire et de changer... [Lire la suite]
Posté par ruru à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 janvier 2010

Honneur aux lièvres musclés!

Il était une fois une grosse  tortue réactionnaire. Elle se prenait pour l'élite absolue vu qu'elle méprisait tout le monde. elle tenta bien de faire connaître son excelmence prétendue en voulant se faire aussi grosse que le boeuf. Elle y renonça: il lui aurait fallu se peindre en vert pour ressembler à une grenouille... Or, être vert dans une pâture, ça fait un peu caméléon. cette tortue, fort raciste, refusa de ressembler à un animal aussi bizarre et pas de chez nous. Elle oubliait qu'elle descendait de tortues galapagiennes et... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2009

Un con!

Un con. (dialogue chavalesque). Tiens, regarde le type, là, au coin de la rue...Il a vraiment l'air d'un con! Putain! C'est vrai! Ouah! La gueule! Tu crois qu'il est vraiment con? Je ne sais pas... Mais avec un air con comme celui-là, c'est probable... Comment savoir? Y' a qu'à le lui demander.. .j'y vais. (Il fait quelque pas, aborde l'inconnu). Bonjour Monsieur, puis-je vous poser une question? Bien sûr... Êtes-vous un con? Mais...comment avez-vous deviné? Ben...Vous avez l'air... [Lire la suite]
Posté par ruru à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2009

Le bûcheron de Reugnies (Conte hennuyer).

Hommage à Alphonse Allais. Il y avait autrefois, près de Reugnies, un bûcheron de haute taille nommé Jean. Ma mémoire vacille un peu, mais vous allez voir, c'est une belle histoire. Attendez que je me souvienne.. Donc, à Reugnies... vous savez, là où l'on produisait de la terrine de rat musqué...Reugnies, quoi, à la frontière! Moi, j'aime bien la Belgique...Mais bon, ce n'est pas la question... Au fait, pendant que j'y pense, je me trompe...Ce n'était pas à Reugnies... Mais pas loin...Zut, comment ça s'appelle? C'est plus... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2009

Les champignons inconnus

Ca ne ratait jamais! Des amis à moi, fort ancrés dans leur terroir boréal, recevaient beaucoup et avec une table excellente à laquelle ne manquaient guère des vins superbes. L'épouse était une cuisinière hors pair. C'était une belole  femme d'allure austère mais dont le maintien sévère cachait un humour souvent redoutable. Aussi, en automne;, avait-elle mis au point un petit numéro amusant avec la complicité de son mari. Cela se passe durant un dîner, avec quelques habitués et aussi de nuveaux convives. - Mais tu t'es... [Lire la suite]
Posté par ruru à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2009

Autre fable: L'amour en vrai!

Ils étaient cousins, mais pas trop proches. Leur grande famille faisait partie d'une petite bourgeoisie éclairée, héritière des Lumières, du genre qui est détestée des fanatiques. Mais qui a créé tout le progrès. Durant leur enfance, ils jouaient ensemble et s'aimaient bien. Puis, ils ne se revirent que rarement, durant les grands fêtes familiales, mariages, enterrements, etc. chacun de son côté vécut quelques amourettes bien tranquilles, mais avec perte et fracas. Car ça ne va jamais bien, ces choses là! Ils en vinrent à se... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2009

Fable

Durant l'absence de sa pauvre andouille d'épouse-modèle et bien proprette, il en profitait. Il en avait marre de cette pouacresse qui  avait flanqué des mômes crétins, ricanants et persifleurs, nuls, nuls à l'école, fan de foot et cons comme des des pandas.  Et comment en profitait-il? Pardi! Il baisait la voisine au domicile conjugal.Sur le canapé du salon. Des étreintes résolument salaces et allégrement vulgos! Je ne vous dit que ça! Bonnard! Ce jour-là, tout en vervignolant  avec une ferveur d'affamé, il se passa... [Lire la suite]
Posté par ruru à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :