Il y a longtemps, Ali, l'épicier algérien du faubourg Poissonière avait écrit, sur une ardoise "Pomelos" avec le prix des agrumes en question... Voilà t-y pas qu'un badplaf hideux le morigène, lui reproche de ne pas employer le mot "français" c'est-à-dire, selon cet ignorant, "pamplemousse"!!!!!
Fort aimable je lui fais remarquer que pamplemousse est un conglomérat de deux mots étrangers: pompel en néerlandais signifiant "gros" et limoes, portugais désignant le citron... Et j'y vais d'un grand laïus faussement indigné sur ces mos étrangers qui colonisent notre langue...Le monsieur, interloqué proteste et le ton monta, savamment mené par ma fausse indignation montante, sous l'oeil amusé d''Ali qui me connaît... J'ai reproché au type de ne pas s respecter la langue en promouvant des mots venus d'ailleurs.J'avais reconnu dans ce puriste un nationaliste revanchard imonde...J4ai fait mousser sa colère et je l'ai traité de "sale Boche", destructeur de note langue, agent de l'étranger... Ila peut-être compris que ej me foutais de lui... Ali était mort de rire.. Le facheux sinistre est parti sous mes injures hyper franchouillardes... ET ma déclaration péremptoire: "je suis français, moi, Monsieur"!!! Il doit mecroire encore plus réac que lui!!!! hi! hi! Bref, ça a marché comme sur Déroulède (bon, c'est vieux mais j'aime bien)...

Le purisme est unparasite des langues, un état d'esprit ostraciste, une dégueuvaugelasserie immonde prêtà détruire la langue avec le ricanement odieux et satisfait de l'infecte hyène dévorant sa proie sans manièreet d'une façon malpolie! Berck! ...Sauf que l'idiome,pas plus quela littérature, n'est pas un cadavre... ca résiste!