Je viens de recevoir un ouvrage intéressant.Il s’agit d’un récit illustré par des photographies.Enfin, un récit.. Disons une évocation de possibilités narratives. Je trouve cependant qu'il insiste trop sur les accessoires au détriment d'une intrigue bien construite.On aimerait entendre un peu plus les rares protagonistes de cette
> histoire qui semble passionnante. Il semblerait, d’après le titre ‘Les Trois Suisses » qu’il s’agit de trois citoyens helvétiques ayant émigré à Roubaix. On ne voit pas ce que ces trois Suisses font là, mais c’est peut-être tout le sel de l’histoire. Ces malheureux errent dans un monde de marchandises, omniprésentes, obsédantes. On voit là une critique de notre société de consommation et d'abondance.Mais trop, c'est trop: dans son désir de convaincre, l'auteur montre une tendance excessive à en "rajouter", à décrire complaisamment les marchandises dans leurs moindes détails. Pourtant, cet ouvrage semble annoncer l'émergence d'un courant important,peut-être nécessaire.

Effectivement, il y a là une nouvelle technique de narration, une nouvelle structure diégétique qui pourrait produire une littérature contemporaine vraiment neuve...

Une autre tendance privilégie les personnages.Mais sans céder à l’analyse psychologique littéraire, si souvent pesante. Cette tendance est fort déroutante, mais demande peut-être quelques modifications ! A force, il y a trop de personnages et l’intrique est vraiment mince…. Aussi, ce volume, facétieusement intitulé « Pages blanches » est-il, parfois, un peu lassant.

Ces deux tendances, cependant, pourront peut-être fusionner pour créer une nouvellee esthétique de la littérature, loin des dialogues pesants et des intrigues trop complexes qui gâchent, trop souvent le plaisir de la lecture.A suivre, donc, avec attention