En notre temps de sous-féminisme complaisant, il est temps de rappeler la grandeur des femems qui refusèrent el victimat.Qu'elles soient de milieu modeste ou nobles ne change rien à l'affaire. Aujourd'hui, le machisme ne peut que se taire: la grandeur de certaines femmes dépasse de loin la médiocrité phallocrate. LA bassesse de certaines autres ne fait qu'égaler celle des hommes de même acabit.

Y a t-il un "penser femme"? JE l'ignore et je m'en fous un peu. Toujours est-il que, bien avant Freud (serait-il "féminin" dans sa pensée?) de grandes intuitions virent le jour.Mais ça ne ressemble pas à la fameuse "intuition féminine". Ce que je vais citer est en forme de question et répond sans doute plus à la ferveur de visionnaire calme de Descartes,l' assoiffé de vérité et d'amour, qu'aux sentences pesantes des "foutriquets sentencieux:

Croyez-vous que les rêves soient une pure combinaison du hasard ? Il existe dans l’homme de secrets remords, vagues, instinctifs qui se révèlent par les terreurs de la superstition et les hallucinations du sommeil. L’empreinte est restée dans un coin du cerveau et s’y réveille quand les autres facultés de l’intelligence s’endorment George Sand, Lelia, première version.Préface

La psychogénéalogie d'Ancelin Schützenberger est-elmle dans el droit fil de la clairvoyance d'une autre femme, toujours George Sand, si connue et méconnue à la fois? Lisez plutôt:

Il y a des souvenirs qui semblent ceux d’une autre vie, des enfants qui viennent au jour avec des douleurs qu’on dirait contractées dans la tombe.
George Sand, Lelia

Voici des exemples de pensée qui me ravissent. Et quand on pense à l'époque durant laquelle elles ont été émises...

Excusez-moi, les filles, mais mon féminisme est plus du côté de la gloire de George Sand ou de Flora Tristant que dans la célébration du victimat!

Et justement, Flora Tristan fut réellement une victime! MAis pas le genre à pleurnicher... On reparlera de la formidable Flora, de ce paquet de soufffrance sublime, courageux, grand, et supportant les épreuves d'une façon exemplaire autant que nécessaire!

Elle en faisait pas "fausse route" comme nos actuelles "ligues de vertu" féministoïdes. Elle ,l'a payé cher. Mais elle l'a payé. Comptant.

Pour en revenir à Jojo Sand, on peut remarquer que deux phrases, comme ça, tirées du contexte, contrastent avec la nullité des "foutriquets sentencieux" (des hommes de pouvoir) comme le dalaï lama. Il n'y a pas là d'affirmation prétentieuse mais un doute cartésien, une modestie, une prudence..; et la tendresse qui va avec la pensée cartésienne: pas de trucage ou de fausse modestie: du vrai. Avec le risque d'erreur, certes. MAis les "foutriquets sentencieux" ne se trompent jamais!

Rûmi, Monsieur Dalaï, Lama de son métier sont bien médiocre. George Sand est superbe! Chapeau bas, les mâles fabriquants de truismes!

Il faut lire Lélia, comme Indiana, ça réserve des surprises. LA George a plus d'un tour dans son sac! Elle est matoise, la bougresse! Et rusée!