Très interessant article sur le blog de patrice houzeau sur la tendance à assimiler, en littérature, "l'homme et l'oeuvre". Expliquer un texte, un roman par les problèmes de l'auteur est toujours un pêu léger. Si c'est parfois vrai, ça demande beaucoup de précautions.
De plus, il y a de parfaits salauds qui ont du talent et son généreux dans leurs écrits. Et l'inverse!

Evidemment, vu le débat actuel, j'en ai pris ma part sur un autre blog! "si c'est ça la littérature moderne" ou quelque chose dans ce genre. Bref: si je dis quelque chose qui déplaît, ce que j'écris est forcément nul! Pourtant, il y a des boulangers peu sympathiques qui font du bon pain! Rimbaud était insupportable. Et pourtant... De grands romans d'aventures et de cape et d'épée ont été écrits par des gens casaniers! Aragon est un grand poète, mais pas vraiment un joyeux drille, ni quelqu'un qui abuse de la tolérance!

Mais les idées reçues sont tenaces!