07 novembre 2010

J'aime bien les chiens!

J'aime bien les chiens: ils poussent des cris déchirants quand on leur arrache les couilles. Leur puissante plainte retentit sous les hautes frondaisons de la forêt panique.Ce qi exalte les jeunes filles précoces et les bourgeoises frustrées. On baise les unes pour le plaisir, les autres pour le fric: j'aime bien les chiens.
Posté par ruru à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2010

Moi, j'aime pas ça, l'amour!

Moi, j’aime pas ça, l’amour, C’est comme une embuscade répétée chaque jour, Y a du bonheur qui cogne pour peu que l’on s’admire, Et du va-comme-j’te-pousse quand les nadirs flapissent… Moi j’aime pas ça, l’amour, Avec ses yeux de proie pour mieux nous dévorer, Avec l’onctuosité des chairs en grand barouf, Tout ça pour se quitter, un matin d’amertume. Moi, j’aime pas ça, l’amour, Quand ce lâche nous a fui, on est veuf et futile, On boit des vins amers, on profère des horreurs, Des... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2010

Mort aux poètes: Ode à mon fusil!

J'aome pas les poètes, Y racontent des choses, y z'écrivent des trucs Et c'est fatigant J'préfère mon fusil, Il est pas correct, Y cause pas Français, Mais on se comprend. (petit mirliton improvisé) Pour tuer un poète, Suffit de viser, Putôt dans la tête, Et je suis content! LA vie c'est facile, On tue les poètes On est fier d'être bête On est bien tranquille!
Posté par ruru à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2010

In vinasse, verre de trop !

La vinasse dégueulasse m’escagasse la paillasse. In vino veritas, il vaut mieux boire la tasse, ! Pouah ! Mon destin m’agace et je suis à la masse : Je verse le vin qui poisse ! Parfois, on me ramasse… Ainsi passe le temps Le bon vin, c’est très bien. Mais ça ne coûte pas rien ! Donc je bois la vinasse sans envie, sans plaisir, sans entrain : c’est pas joli la vie. Dans mon verre, ça galère, c’est amer, mais glouglou !Je bois avec dégoût, ça me nique les papilles, ça me lime la glotte, ça m’éjecte la luette, ça... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2010

Petit sonnet pour ma célébration!

Je plains ce pauvre monde d'avoir vécu sans moi durant des millénaires! La terre n'est que l'écrin, imparfait toutefois, de ma juste splendeur. J'en suis le luxe exquis, le joyau éclatant, la parfaite grandeur, Admirable et sublime,  magnifique, grandiose, inutile et somptuaire! Sans moi  tout serait plat insipide et sans joie tout en manquant de nerf Je ris infiniment de mon alacrité comme de mon grand coeur J'apporte la dignité inhérente et subtile de l'être supérieur Et je vais, chaque jour,... [Lire la suite]
Posté par ruru à 05:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 septembre 2010

J'aime pas les animous!

J'aime pas les animous qui sont gentils comme tout, les minous, les toutous qui plaisent aux mous des genoux! Moi j'aime les animals qui mordent et qui font mal, la bestiole bestiale qui pique et se régale! Le bestiau sournois qui croque avec ardeur la main qui le nourrit et sa petite soeur! J'aime pas les animeux, gentils et qui font "meuh!" à moins de les bouffer, alors ça c'est le pied! Aux prochains carnavaux, je serai déguisé en chacal et coiffé d' un shako!
Posté par ruru à 13:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 août 2010

Il y a quand même du chien dans les amours anciennes!

(Republication) Il y a quand même du chien dans les amours anciennes, les tenaces assidues qu’on ne peut oublier, celles qui poissent un peu mais qu’une douceur lourde fait qu’on devine bien que ça dure toujours. Comme dans les chansonnettes, l’amour dure toujours, comme dans les chansonnettes bavées par des chanteuses blondes ou bien décolorées au nichon avenant et qui sourient, béates, avec bien trop de dents ! Comme dans les chansonnettes et puis zut à la fin ! Avec bien trop de dents les amours passées veillent comme des... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2010

Melancholia

. Noir: si on lui soumet les pierres mortes. C'est le soleil voyou, le foutu, l'intérimaire.On l'a entendue sa cruauté! Avec ses meurtres d'étoiles volées. Il plane sur la ville. Il crache le printemps.si tu veux de l'amour, tu auras bras de bois, coeur d'instant, rien à foutre... Bouche cousue et rien de rien... Soleil voyou, noir de nuit sale, de nuit cernée plus qu'aux deux yeux. Soleil battu, avec des bleus, rayons de poulpe, ayant perdu sa couleur d' œuf. Ponctuant les peaux de taches moches. Brûlant tous les... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2010

La partition.

La partition alors ! La feuille chargée de signes ! Feuille qui chansonne, qui musique, la partition ! l'air qui ravit ! - solennel ou banal !- Lancinant comme la pluie. Ils sont taiseux, lamélodie,la mélopée, le mélisme, l’aria, la chansonnette, la rengaine, la chansonnouille, la chantefoutre, la chantefable, la Rosalie, la cantilène, la tagada, la patapon, le tube et puis le saucisson ! ! Sur le papier, la partition ! Contrat d’écoute comme en attente ! Les yeux parcourent, la bouche fredonne, l’oreille la ferme et n’en... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2010

Rire à la façon...

Rire à la façon d'une tête de mort. Bloquer le zygoma en trismus tétanique. Et souffrir dans le bide l'enfer intestinal. Car les abdominaux compriment la tripaille... Rire parce qu'on a peur et que c'est vache, la vie. Rire en pleine nature devant la mort atroce. Et se pâmer encore quand une fille est belle. En vieillissant encore parce qu'on existe ainsi. Rire à la manière celui qu'on a pendu, comme l'homme qui rit aux deux lèvres fendues, rire abominable quand c'est hors de question! Et quand le quotidien ne refile... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]