02 février 2008

Apurement.

A la clique de broquille j’ajoute le cliquetis de la machine à sous. La thune dans le bastringue suivra la mistenflûte. Le denier est bien bas, préférons l’euro qui se hausse jusqu’à l’os : c’est plus franc du collier, virgule cinquante neuf. Et tontine et tonton. Passons le claqueflouze au tamis d’escampette : La poésie est au-devant de l’action. Et de l’obligation. Bon de caisse, con de fesse ! Fond de caisse : Ainsi fondent les mailles à partir honnêtes ! Opulence d’incendie, voici que la banque brûle. La finance définit... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2008

Addition

Si je dis non, au poil, c’est une première idée. Mettons de la scansion, si l’on sait comment faire. La scansion ça fait deux, sauf les trochées, voilà. Mais dire non au poil n’et pas comme aux pommes et voici qui fait trois. Tout nombre est un symbole, ce qui est très bidon. Mais tout le monde le dit. Ca fait quatre et pas plus. Pour le pouce, il faudra plier la phalangette. autrement ça fait stop ou pullice verso. Le poil peut s’empaumer, mais il y en a d’autres qui poussent au niveau des premières phalanges. Surtout sur les... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 janvier 2008

Comptes!

Je vous compte le dire, je vous dompte le kir, je vous ripe le compte et j’essaie comme je peux. Mentalement l’instant se dit assez souvent mais c’est beaucoup trop peu pour un frénésie. Je vous compte le tu pour la tonte du cul. Pour le tutu la honte est annexe imprévue. Je vous tare la Moselle avec un faux-poids rouge qu’on se marre sur la stèle, la peau du foie et rouge. J’ajoute le pied-de-nez, avec le cartilage, la taxe additionnelle car il n’y en a pas d’autre, je vous donne l’affliction en prime abord et la réalité en guise... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 juin 2007

Tout poète se doit d'être comptable! (3)

- Voyez-vous, cher ami, à la question oiseuse "pourquoi écrivez-vous" qui ne peut se poser que depuis l'avénement de la bourgeoisie petite en art et tout ce tintouin inane, il conviendrait de continuer à se demander comment on écrit. - On le fait! - Mais on ne répond qu'en irresponsable! - Et vous, que diriez-vous si l'on vous demandait: Comment écrivez-vous? - Que j'écris comme quatre et quatre.. - ... Comme...  quatre et quatre? ... - Avant qu'ils ne fassent huit! Evidemment! Après, c'est trop tard!... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2007

Le poète se doit d'être comptable (2) : Sport et Poésie bancaire..

PP le moqueur nous relate le fait que, d'après des spécialistes qui ont bien regardé les reportages, Monsieur Sarkozy serait inapte à la course à pied, avec de mauvais appui, un genu-valgum et toute cette sorte de choses! cela me surprend: le "jogging" est un truc de nullards en tant que machin de communiction! Et ça plaît au public aliéné d'avoir un président qui court. Normalement, uSarkozy devrait être excellent dans cet exercice sportif. J'ai commis l'erreur de pratiquer jadis certains sports, fisant de mon corps un... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juin 2007

Tout poète se doit d'être comptable!

Tout poète se doit d'être comptable! D'abord parce qu'il compte et raconte! C'est le même mot, du latin computare, compter, conter, recompter, raconter... qu'il s'agisse des syllabes d'un vers organisées en pieds ou des gros sous contenus dans la bourse qu'un bourgeois a donnée au poète à la fois aimé et méprisé. Un vrai poète est commerçant!  Même qu'il a de vraies dents! Pourquoi écrivez-vous? Il n'y a pas de marge sur mon livret de caisse d'épargne, alors il faut bien acheter du papier. Et de l'alcool à boire! Pour la... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]