06 avril 2008

LEs abricots secs, autre republication déplaisante

Les abricots secs - Tu n’as pas oublié le pain ? - Non, t’inquiète ! - Parce que les enfants, faut pas leur en promettre… - Ca… - Mais… Attends… tu ne vas pas me dire que… - Quoi donc ? - Tu as acheté des abricots secs ! - Oui, j’aime bien ! - Monsieur aime bien ! Des abricots secs ! - Ben oui.. - En plein été ! - Et alors ? - Mais c’est la saison des abricots ! Des frais ! - Oui, mais ce n’est pas pareil ! - Acheter des abricots secs en été ! On aura tout vu ! - Mais je ne vois pas… - Monsieur achète des... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2008

Du poisson ? le mardi ?... Autre republication vacharde!

-Tiens, Chérie…Tu as préparé du poisson ? - Oui… - Mais.. On est mardi ! - Je sais, mais c’était en promo… Du beau poisson tout frais ! - Tu as raison, ça change ! Au diable les routines ! - En plus on n’est pas pratiquants ! - Ah ça ! On n’est pas comme ta mère, toujours fourrée à l’église ! - Arrête avec ma mère ? - Arrête.. de poisson ! Hi ! Hi ! Je suis un marrant, moi ! - C’est vrai : toujours le mot pour rire ! Les femmes ne résistent pas aux hommes qui les font rire ! - Un peu mon neveu ! Il faut les faire... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2008

Les Ides de mars.

Voici une re-publication. JE compte continuer à rééditer cette petite série de textes concxernant l'horreur obligatoire de la vie de couple.Sans doute fais-je le point et ai-je envie de montrer l'impoosssibioité de vivre à deux dans ce monde libéral où l'on porte au pinacle l'agressivité féminine, qui bousille d'abord les femmes, le harcèlement, la méchanceté tout en faisant semblant de les combattre... Il aimait bien ce restaurant. Elle, pas plus que ça. Mais pas moins non plus. Elle appréciait rarement ce qui lui plaisait, à lui. ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 05:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 février 2008

Ainsi parle le Grand Pan dans la matière à voir.

Cet homme ? Tenez-vous bien :Il n’était pas pêcheur, ni chasseur. Sa cruauté intime s’exerçait autre part. Insidieuse. Faute de l’exprimer ouvertement et de l’appliquer à des objets sans importance, sans doute s’en servait-il pour harceler sa femme. Il se promenait au bord de l’eau. De l’eau qui bouge et va vers son destin de fleuve. Indolente. Il vit alors venir une demoiselle ou bien une libellule qui feuilletait ses pages sans même les regarder ou les lire simplement. Tout livre sur le dos est un fardeau pesant qui... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2008

Les cardinaux grincent-ils des dents ?

Ce qui se dit m’étrangle parfois. Je ne sais pas pourquoi. Probablement, ça vient de moi. C’est comme les chapeaux. Je les aime confortable. Autrement, quand ils serrent, ça me scie. Il y a tout de même de beaux métiers sur terre. Même l’aspirine n’y peut rien. Alors, évidemment, j’ôte mon chapeau lorsque j’écoute ce qui se dit. Ce n’est pas la peine d’isoler son visages, ce qu’il y a derrière et au-dessus par des constriction superfétatoires. Ma femme est institutrice. Mais elle n’use guère de son autorité avec... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2008

Tuer le temps à Cousolre (Nord).

Oh ! Bien que v’lan ! La vie sure est amère ! Acidité pilule, ravalement d’autour, on se voit dans le jour et la nuit fait tintin ! Topons là pour l’azur puisqu’on n’y va jamais ! Si on faisait de l’art ? C’est bien, mais c’est trop dur. Et quand c’est vrai, ça chiale et ça coûte bonbon. Y a qu’à voir à Cousolre : on a fait du joli. La place est restaurée. On paye des impôts. Quand on a de quoi. Mais c’est joli, y a pas… - La bière et au frigo, que demander de plus ? Il n’avaient pas trop bu, mais l’un a dit à l’autre que... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2008

Phthonos ou le visage incendié.

Phthonos ! Elle arrive ! Dans la ville ! Le visage en feu ! Certains de ses anciens amants se jettent dans le fleuve. Mais elle veut une femme en ce jour. Pourquoi pas ? Une crédule complice d son malheur chéri. Mais propre comme un sou neuf ! Astiquez-vous l’argent, ça fait jouir au Miror aussi bien que le sexe fut-il pur chrysophalle! La ville ! Regardez cette saloperie, tiens ! Je vous parie qu’elle est sociale. Avec des gens partout. Des gens venant de partout au lieu de casser la gueule aux magnats de chez eux.... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2008

Autre-toi de là que je m’y mette !

- Chérie… - Oui ? - J’y pense…Je suis ton altérité.. - Quoi ? - Ton altérité privilégiée. - Mais qu’est-ce que tu racontes ? - L’autre le plus proche… - Je ne vois pas ce que… - Si tu n’avais pas d’autre tu ne serais pas toi… Et pas aussi excellemment toi qu’avec moi, puisque je suis l’autre le plus proche ! - Euh.. Bah…Je ne sais pas.. si tu veux. - C’est bête l’autre.. - Pas tous ! - Non, je veux dire le PRINCIPE de l’autre, de l’altérité !C’est vraiment bête ! - Tu trouves ? - Forcément : On n’est plus dans... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2008

De la culture des fleurs sauvages.

Lorsque j’aimais encore les fleurs il y en avait chez moi. En pot. Parce que dehors, il fait froid, par moment et je n’aime pas ça du tout. Je cultivais les fleurs sauvages. Les fleurs sauvages son des chiennes. Du moins celles qui s’adaptent au chauffage central. Elles ne sont pas des louves comme dans la fable. Elles découvrent le confort. C’est bon. Si elles étaient des chattes, elles ronronneraient. Mais voilà… Pour obtenir des fleurs sauvages d’intérieur, il faut sortir de chez soi. Aller dans la nature. avec une bêche. Ah !... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

LE mouchoir irascible

Le Mouchoir irascible. J’ai un mouchoir irascible. Il ne me répond pas. Il me fait bruire quand je me mouche .Je ne sais pas pourquoi. Alors je nifle et je renifle en retardant le dur moment de l’installer sous mes narines Il ressemble à Pauline quand il est chiffonné. .Il ressemble à Pauline quand elle se met en rogne et qu’elle plisse le front tout en serrant les poings. Mais Pauline, on s’en fout : Elle ne se mérite pas. Quand elle prend la voiture et qu’elle est énervée, elle accroche la tôle. Et voici qu’elle ressemble ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]