22 novembre 2009

Il y a...

Il y a des animaux  aussi cons que des Dieux, Quelques amusements sérieux comme la mort Il ya de la saucisse dans le congélator Même si je parlais plus je ne dirais pas mieux. Elle disait « je t'adore», la dame aux yeux par deux, Quand je la lutinais à la façon d'un porc, Assise sur une chaise en l'église saint Jord: On se désespérait en se croyant joyeux. Elle gloussait parfois en extases épineuses. Il y a des femmes-fleur en guise de tubéreuses Et des amours comme ça qui ne valent pas... [Lire la suite]
Posté par ruru à 13:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 novembre 2009

L’hiver.

Vivement que reviennent les jours du ciel costaud : clarté étincelante des lumières boréales et les troupeaux tranquilles frissonnant aux pâtures. L’hiver ; t’as pas le choix, tu t’assumes ou tu meurs. Quand le froid se recrée, c’est à soi qu’il faut tendre. On se retrouve durant l’hiver. Il n’y a plus d’excuse pour se fuir ! On vit en résistant avec intensité. Même un vent coulis mou renforce l’esprit. La chair devient brûlante et les yeux insidieux. Le désir, ça fait mouche ! Dans le mille à tout coup ! Le bonheur... [Lire la suite]
Posté par ruru à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2009

Yasmina.

Oui, la vie. On la voit circuler. Tu te souviens de Yasmina ? Son appétit curieux ? La vie se plaît à gouverner . Il y a même des chiens qui font pareils. Et l’appétit des horloges ? Impressionnant ! Les chiens n’ont pas de montre. Pourtant, certains gouvernent. D’autres chiens, je veux dire. Leur vie. Yasmina aimait les chiens. Plus que la vie, je crois. Enfin, plus que sa vie. Parfois, la vie s’accroche à nous, comme des moules à poteaux, comme des puces sur les chiens. Mais enfin, Yasmina était gourmande. Ca peut nous... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 octobre 2009

Adultère.

A cause des autres, on est là. Clandestins. Dans cette chambre. Dans cette chambre d’un vieil hôtel de plage morne et oubliée. On ne peut pas sortir ensemble. Le soleil pourrit les plus fortes passions Il les ronge après la pluie.Ca grouille. Je t’aime. Ca paralyse. On est conscient. Soleil d’été : Gargantua veule qui mange tout. Et nous. A cause des autres. On est servis : repas de noce ; Grande fatigue. L’amour rumine des désirs flous. Puis c’est pareil : On se palpite, on se fricote. Comme un vrai couple autorisé. Nos... [Lire la suite]
Posté par ruru à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2009

Ab ovo veritas !

Forcément, c’est pas drôle, ça se passe comme ça . Mais d’un autre côté, on n’a rien sans rien ! Parfois y’ a de l’abus, parfois on mange gras ! Ceci n’est qu’un début, continuons le débat : Quand je casse des œufs, je le fais soigneusement. Parce que c’est niais un œuf à la forme parfaite ! Surtout durant nos jours qu’ils font éphémérides ! Même s’ils sont très frais, c’est déjà du passé ! Ils font éphémérides, caducs mais inutiles puisque ces pauvres dates imprimées, va z-y donc, ne nous indiquent rien sur les choses qui... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2009

Nue dans le pré.

(rondel) Bouche du monde, soleil en fleur, voici l’attente voici mon cœur ! Et le silence, avide pou, ronge l’amour, fromage mou ! D’ombre alléché, dans un vallon, le roseau ploie, le jour se meurt, Pluie, carabine balle d’aiguille, chien d’amertume et puis c’est tout ! Voici Madame, qui me revient, d’un autre jour et j’en suis fou ! J’écraserai les fourmis rouges tout en riant de mon bonheur, Bouche du monde, soleil en fleur, voici l’attente voici mon cœur ! Nue dans le pré toute lumière, nue... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2009

Ayant métier de trop chaloir... une poésie française

(Acédie médiévoïde en français transséculaire mélangé). Ayant métier de trop challoir, Je faux souvent au juste fur D'une humorale pertinence Pour m'ébaudir assez ou prou. Azur et glauque cerclent la nef De Tristesse, la trop avide Et si ma chère est impavide Mon coeur alarmé se marrit! Séant parfois sur la cathèdre J'ourdis des chimères paniques. Et le plateau de la romaine S'alourdit de pensées morelles! Chaillant de jour comme de nuit, Sans nul souci de trop... [Lire la suite]
Posté par ruru à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2009

in vinasse, verre de trop !

A ceux qui vivent l'enfer de l'acoolisme... A ceux qui en meurent! La vinasse dégueulasse m’escagasse la paillasse. In vino veritas, il vaut mieux boire la tasse, ! Pouah ! Mon destin m’agace et je suis à la masse : Je verse le vin qui poisse ! Parfois, on me ramasse… Ainsi passe le temps Le bon vin, c’est très bien. Mais ça ne coûte pas rien ! Donc je bois sans envie, sans plaisir, sans entrain : c’est pas joli la vie. Dans mon verre, ça galère, c’est amer, mais glouglou !Je bois avec dégoût, ça me nique les papilles, ça... [Lire la suite]
Posté par ruru à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2009

Régression perverse.

Au lieu d’être, Madame, votre agouant ardélion, Savourant vos regards, scrutation zinzoline, J’eusse aimé m’installer en votre peau divine. Contenu par vous-même en ardente passion. Et dans l’oarystis, quelle rare sensation J’eusse pratiqué en vous par volonté coquine Une incorporation devenant assassine Vous voulant chrysalide, en manière de fusion Farcissant votre peau de la mienne, étonné J’eusse investi ma vie même en cette volupté C’eût été prodigieux, original et fort Insecte sans... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2009

Regain d’or gras.

(Facétie) Quelquefois je regarde le regain. L’herbe de beurre vert. C’est gras. Mâche la vache, sache le destin. Oui c’est gras l’herbe. Comme de l’or à bijoux. Il y a eu quelqu’un que j’aime. Que j’aimais. Jamais. Je crois. Le regain, c’est plus tard. Quand elle sera là, la belle. Qu’à jamais j’aime toujours. Mais moi, l’amour, caca-boudin. Ca ne m’arrange pas de souffrir. Si j’existais vraiment je voudrais posséder la clémence. Elle serait infatigable – De quoi la nourrit-on ? La dit-on gourmande ou bien folle ou... [Lire la suite]
Posté par ruru à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]