04 juin 2013

Affinités

Il l'aimait de tout coeur, Elle l'aimait de tout cul! Savourons le bonheur A la sauce tout cru!
Posté par ruru à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2013

cette montre ancienne...

Cette montre ancienne et ses talents d'aiguilles me fait penser aux femmes qu'on croise dans les villes. Comme les jambes d'une belle dansant la 6-4-2, très lente demoiselle sur le cadran tout rond:il est trois heures quatorze, le tiers n'est pas le quart. Aime-moi, ô mon âme.
Posté par ruru à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2013

Petite scène de ménage

  - Triple saloparde, dictateur méphitique Economiste tchèque en 1960! Mort-au-rats, tas de merde, abrutie, CAC 40 Stryge hagarde baveuse, écolo, hypocrite    Paella de cantine, élégie bucolique Archipoubelle, pouah! vampiresque démente Inoxydable pou, plouquesse véhémente! Hyperhyène exaltée au rictus sardonique!   Sale méchanceté dont la bave morveuse Détruit caustiquement toute ardeur amoureuse Tu es vile, mesquine, un vrai serpent qui mord!   Elle le regarda, souriante et hilare ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2013

Erotisme funèbre...

Quand on allait, tous deux, la nuit, au cimetière, respectueux du sacré on baisait missionnaire: La voici  à plat-dos sous un regard de lune Sur la pierre tombale à semblance opportune ... Nos tagadas alertes s'ensuivaient de tsoin-tsoin. Après quoi, à l'envers, sur son dos imprimé Je lisais dans le noir le nom d'un oublié Sans lunettes posées sur mon auguste groin!
Posté par ruru à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2013

Saucisse au beurre: Ferveur!

Absolument béni par un chèque au porteur je m'achète des nouilles un' saucisse et du beurre Je mange comme on prie ébouriffée ferveur Et jamais le bon gras ne me lasse ou m'écoeure!
Posté par ruru à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2013

Si Rimbaud revenait...

Si Rimbaud revenait en sachant ce qu'il sut  Trop tard, il irait, mystérieux étranger  De nouveau en Afrique: on boit ce qu'on a bu.  Et se ferait du fric avec une ONG.
Posté par ruru à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2013

la femme aux oeufs.

C'était la femme aux oeufs, je l'ai connue jadis Qu'est-elle devenue? Vous connaissez la vie! On a la vue qui perd, mais pas la souvenance De la peau qui sent bon, avec la connivence.   Cuisant des omelettes en la poêle beurrée Elle les garnissait de rondelles d'oeufs durs. Elle les savourait, mayonnaise ajoutée Crételant en poularde à mesure et au fur.    Pour faire bonne mesure en esprit poulailler, Elle me gobait ensuite, l'assidu appliqué Saturait ses deux yeux au regard ovipare qui pondait du désir aux... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2013

aux générosoïdes à la mode charitable!

      Brutalité joviale en ce monde trop doux, Tabasse le glucose, il maroufle nos cœurs Hypocritement con, c'est la soupe au malheur Chacun se veut douceâtre, atroce roudoudou   On a de l'émotion, on se montre jaloux De la bonté des autres, ça peut ronger l'humeur Du charitable odieux, lui qui, la gueule en fleur, Exige que l'on dise : « il est meilleur que nous »   Férocité radieuse, ô griffure amoureuse Abolis l'émotion tartignole, mielleuse Qui n'est que de la frime exigeant... [Lire la suite]
Posté par ruru à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2013

Bonne fête Maman!

BONNE FÊTE MAMAN!   Y a de la mère, ça colle un peu, Dans notre vie, ça pèse lourd, Et la prison de son amour Tisse des fils marionnetteux   Ca fout l"angoisse à cause des noeuds! Protégez-moi  car, à mon tour j'ai dû subir ça tous les jours! Et des fois ça rend malheureux;   La pauvre fille rebégayait: "Ma génitrice c'est de l'épais Qui dure  au fil du temps qui ment"!   C'est-y qu'on aime? ou c'est la dette? Ca poisse au coeur et dans la tête! Bonne fête Maman, pan! dans les... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2013

Célébration de la digetion lente

Célébration de la digestion lente. la digestion lente élève l'humanité à la tendre indolence harmonieuse et féconde. Ô qui dira la grâce de l'ntestin si long qu'on dirait un python pépère et bienveillant? Un gros python flemmard niché chaleureusement au creux tiède et si doux de la ventralité? Et c'est ce serpent-là, Kundalini moins nul, qui nous rend accessible à l'ébahissement!  C'est en digestion lente que s'active l'art de vivre et celui de penser tandis qu'on ne fout rien que vivre et exister: la sérendipté est un fait... [Lire la suite]
Posté par ruru à 20:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]