30 décembre 2005

Roland

RElire la chanson de Roland, même sur internet, est une belle expérience. J'y ai retrouvé, évidemment l'émoi de jadis. LA profondeur de cette oeuvre est inépuisable. Sa tendresse aussi. Car même la mort de l'ennemi, su Satrrazin MArsile nous montre qu'on peut mourir de douleur! Les trois défaillances d'Aude, les pleurs de Charlemagne exprime une intériorité dense d'amour et la grande force des êtres dans leur sensibilité même. ET l'on se demande s'il vaut mieux mourir en combattant que mourir de tristesse... A ceci s'ajoute... [Lire la suite]
Posté par ruru à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2005

Roger Nimier, JEan Valère...

Encore un peu de mes souvenirs d'enfance: Roger Nimier présenta Jean Valère à Germaine, car ce dernier cherchait un musicien pour son film, Les Grandes Personnes, dont le scénario venait d’Histoire d’un Amour, roman de Nimier. Roger écrivit donc ce scénario.; Mais il aimait un peu trop se balader, sortir, séduire au goût de Jean. Aussi, pour éviter que Nimier se dissipe, Jean l’installa dans une maison isolée de Provence, et, en le quittant pour le laisser oeuvrer, tout en actionnant le démarreur de sa décapotable rouge, il jeta... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2005

Louis Arstrong sous la douche

Il y a bien des années, une de mes connaissance m'a fait entendre un enregistrement curieux, unique, extraordinaire! Cete personne avait logé, je ne sais plus pourquoi, dans le même hôtel que Louis Armstrong en tournée. Occupant la suite voisine, elle prétendait l'avoir enregistré sur une cassette alors qu'il chantait sous sa douche. L'enregistrement ressemblait à des gargouillis intestinaux d'hippopotames ayant avalé un ouragan. De plus, les suites de grands hôtels sont généralement bien isolées phoniquement... Mais enfin... ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2005

Suzanne Rodillon

J’allais souvent me réfugier chez les amis: Suzanne Rodillon m’accueillit souvent. Elle fumait le cigare, se vêtait de vastes boubous aux tissus peints par elle-même. Grande, imposante, belle, portant une flopée de bijoux exotiques, elle marchait comme vogue une galère royale. Parfois, elle m’expliquait “le grand danger de peindre qui vous peuple le coeur, vous obsède l’esprit”. Elle fut longtemps la compagne de Massimo Campigli. Ce Florentin, à la fois influencé par les portraits du Fayoum, , le futurisme, le cubisme, que sais-je... [Lire la suite]
Posté par ruru à 12:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 décembre 2005

Ma famille maternelle

Mon arrière -arrière-grand-oncle, Carlos Manuel de Cespedes a libéré Cuba de la domination espagnole. Il naquit à Bayamo en 1819. Esprit “éclairé”, héritier des lumières dans ce qu’elles eurent de plus maçonniques, il réunit un groupe de patriotes qui devint la loge Bona Fé. Après la guerre de dix ans, qui compta 200 000 morts, dite aussi Révolution de Yara, Carlos Manuel put enfin proclamer “Cuba Libre” en 1868. Devenu président en 1869, il abolit l’esclavage sans délai ni indemnisation. Il mourut en 1874, durant la bataille de San... [Lire la suite]
Posté par ruru à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2005

Potée andalouse

Encore un petit extrait de mes souvenirs: En ce temps là, donc, je vivais dans une « chambre de bonne. Le samedi soir, au sixième étage de mon immeuble, les domestiques, espagnols pour la plupart, faisaient la fête. Souvent, le bâtiment se trouvait déserté par les propriétaires, partis en week-end. Viva la Libertad ! O mènerait tapages et ripailles ! L’explosion des belles guitares flamenca, faites de cyprès odorant envahissait l’espace.L’ air, s’en pimentait. Les danses et les chants nous emmenaient en voyage : Séville ou... [Lire la suite]
Posté par ruru à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 décembre 2005

MArio ruspoli, dolorès Grassian

Chez Édith Perret, je rencontrai Mario Ruspoli. Ce prince, descendant de Talleyrand et de La Fayette, avait réalisé, avec sa première femme, Dolorès Grassian , un film sur la chasse à la baleine aux Açores . Dolorès Grassian naquit à Istambul en 1926 et arriva en France à treize ans. Juive, elle transita par Drancy, où elle rencontra Tristan Tzara, lui aussi destiné à la déportation. elle fut d’abord artiste peintre avant de se tourner vers le cinéma, en compagnie de son mari, Mario Ruspoli. Elle réalisa entre autres Le Dernier... [Lire la suite]
Posté par ruru à 23:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 décembre 2005

Souvenirs; Chérel, losfeld, etc.

La boutique de Monsieur Chérel à l’enseigne de La Lanterne Magique. se trouvait un peu plus loin sur notre trottoir. Ce fabuleux foutoir m’offrait maintes merveilles: service à café fait de petits tasses en forme de crâne humain, cannes-épées, les phénakitiscopes, le coupe-cigares en forme de guillotine, cartes postales obscènes et rigolardes montrant des bonnes-soeurs troussées par des moines ithyphalliques. J’appréciais particulièrement les grenouilles naturalisées se battant en duel, jouant au billard ou allant à la chasse . ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2005

MArguerite Duras, Tintin, Blondin, Nimier

Toujours mes souvenirs d'enfance qui ne sont pas édités....: Marguerite Duras séjourna plusieurs fois chez nous, au Pierredon. Un jour, elle me conduisit chez le dentiste, en ville, à Saint-Tropez. Ce praticien possédait encore une roulette à pédale. Le cabinet, fort sale me répugnait autant qu’il m’effrayait. Quant au bonhomme, il ricanait, chafouin. Je sortis du rendez-vous saignant, endolori. Marguerite, désolée, désemparée, m’embrassa, me parla, me consola. Puis elle me conduisit à la librairie. Elle pensa qu’un livre... [Lire la suite]
Posté par ruru à 06:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 décembre 2005

Jean Tardieu

Ceci est la suite des extraits d'un ouvrage que j'écris continuellement. Il s'agit du témoignage d'un homme qui a eu la chance, quand il était garçonnet, de rencontrer des gfens mrveilleux: L’ami de longue date, Jean Tardieu, le bonhomme Tardieu, le merveilleux Jean illumina mon enfance. Germaine et lui s’adoraient depuis toujours. Mais qui n’eût pas aimé Jean? il émanait de sa personne une tendre intelligence des gens et des choses. Chez lui, la sagacité se mêlait de gourmandise, et, d’érudition. Sa mère enseignait la harpe au... [Lire la suite]
Posté par ruru à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]