12 avril 2014

JE NE SUIS PAS RACISTE PARCE QUE C'EST FATIGANT !

Il fait parfois trop froid, il fait parfois trop chaud... Le voisin m'horripile avec sa perceuse électrique. Y a des ennuis, tout ça. Mais la vie va, je l'aime. Même en réveil bougon, avec l'humeur de chien je n'ai pas de temps à perdre pour détester les autres. En plus ça doit être épuisant,et je suis paresseux. Je ne suis pas raciste parce que c'est fatigant ! J'aime les jolis soirs de printemps, quand on est là, sans plus, avec juste la présence, la présence au monde tandis que des nuages roses indiquent que le jour... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2014

LE GRAND MASSACRE DES CHATS.

L'animalisme frénétique ne peut qu'apporter une réaction violente. Le pauvre qui fait la queue au supermarché avec des bons d'achaqt donnés par la Mairie serre les dents en voyant le bourgeois dépenser beucoup d...'argent en nourriture pour chien ou chat.  Ca donne envie de cogner. Voire de tuer. il y  a eu un précédent: des ouvriers constatant que les chats des patrons étaient mieux nourris qu'eux. Ce fut le "grand massacre des chats"...Voici un extrait d'une présentation: "L'exemple le plus éloquent est celui qui donne son... [Lire la suite]
Posté par ruru à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2014

identité, communauté, racisme!

la notion réactionnaire d'identité est aussi réûgnante que celle de "communauté": on stigmatise! L'identité, cette "invention de soi", hstoire de soi-même qu'on se raconte, est d'une part la consciece de la persistance du moi: en ce cas elle est individuelle;autrement elle standardise car elle est le caractère de deux ou plus éléments identiques ou égaux!Dans tous les cas ele rédiot, au contraire... de la notion d'appartenance. Sur l'idée de "communauté", aux relents de racisme, observons le réel! où est la "communauté juive", la... [Lire la suite]
Posté par ruru à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2014

Persécution des "surdoués.

l existait, dans les années 60,  en France, à Chapton, près de Sézanne un établissement curieux. C'était un foyer d'éducation surveillée. On y enfermait de jeunes délinquants et "cas sociaux" en les sélectionnant par leur Q.I et autres tests. ils travaillaient et ont complètement restauré le château qui les logeait et qui appartenait au directeur. Lequel  a construit son patrimoine ainsi, avec financement public. Ce qui n'empêchait pas les coups et les enfermements à long te...rme, la restriction amimentaire et autres... [Lire la suite]
Posté par ruru à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2013

civilisature

Chez Braudel, on a le paradoxe de l'histoire: la civilisation ou l'identité, c'est ce qui se construit, ce qui est en train de se faire.  Et non, comme on le voit chez certains, le fait des ancêtres. L'idée de civilisation, progrès, but à atteindre a des racines: pour Mirabeau père, qui a inventé le mot ( etque j'appelle ainsi parce que son fils fut plus grand que lui) c'était fondé sur la religion. Condorcet l'emploie dans son vrai sens de progrès! Le suffixe le montre comme dans dentition ou musculation: la dentition c'est la... [Lire la suite]
Posté par ruru à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2013

Civilisature!

Chez Braudel, on a le paradoxe de l'histoire: la civilisation ou l'identité, c'est ce qui se construit, ce qui est en train de se faire.  Et non, comme on le voit chez certains, le fait des ancêtres. L'idée de civilisation, progrès, but à atteindre a des racines: pour Mirabeau père, qui a inventé le mot ( etque j'appelle ainsi parce que son fils fut plus grand que lui) c'était fondé sur la religion. Condorcet l'emploie dans son vrai sens de progrès! Le suffixe le montre comme dans dentition ou musculation: la dentition c'est la... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2013

identité.

Quand on parle d'identité, on a déjà perdu... C'est un mot de flic, de contrôle, de groupe fermé. on devient son prope  big brother car on en parle uniquement ou presque quand on la sent menacée, par l'autre, celui qu'on refuse.La place de l'identité, c'est la carte du même nom: l'assignation à n'être qu'unse fonction contrôlable, authetifiable: c'est un mot d'administration !une vraie personne n'a pas besoin d'identité vu qu'elle est elle-même  et ne se définit pas ainsi. el...e connaît son appartenance et refuse ces... [Lire la suite]
Posté par ruru à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2013

Douche froide et gueule de bois! vive noël!

Modifier Orlando de Rudder il y a 9 minutes · Modifié · Lendemain de fête... avec la gueule-de-bois, pourquoi pas une bonne doouche froide? La voici: Noël! Le christ est né, le monde va morfler! Voici les fêtes le harassement des femmes qui bossent encore plus pour préparer le reveillon, la fête immense de la dépression (il y en a beaucoup en cette période déprimante de joie hilare obligatoire et factice ! Et le taux des tentatives de suicide augmenterait, dit-on, parce que la comédie de la joie... [Lire la suite]
Posté par ruru à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2013

L'oréal: écologie, nazisme, etc...

je lis, dans LA Voix du Nord du 25 novembre, une lettre de lecteur qui crotoque un spot télévisé de Monsieur Benacenot, très gentil au demeurant, mais qui veut avoir l'air méchant. L4ennui est que cette lettre fait le panégyrique de la société l'Oréal. Rappelons qu'ele fut fondée par lepère de Liliane bettancourt, l'un des conspirateurs de la Cagoule, antisémite frénétique. Puis, son gendre, André Bettencourt a suivi. Ce sinistre personnage dirigeait aussi un organe d epresse, La Terre Française, violemment collaborationniste sous... [Lire la suite]
Posté par ruru à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2013

chiens, chats, zamidézanimos..

la question d'aimer les animaux -ou pas_ ne s'est jamais posée chez moi. Dès mon enfants il y a eu plein de bêtes à la maison, en plus de ma petite soeur. Des chiens, des chats, des hérissons, lapins, canards et j'en passe. on ne se posait pas la question de l'amour , on vivait. et, dans ma famille de cinglés, çaallait de soi. Nous les ailions vraiment,,sans chichis affectifs du genre "ami des chats"...les chats étaient là.parfois ils prenaient mon fauteuil. de temps en temps je les laissais, à d'autres moments je les virais, selon... [Lire la suite]
Posté par ruru à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]