11 janvier 2014

Persécution des "surdoués.

l existait, dans les années 60,  en France, à Chapton, près de Sézanne un établissement curieux. C'était un foyer d'éducation surveillée. On y enfermait de jeunes délinquants et "cas sociaux" en les sélectionnant par leur Q.I et autres tests. ils travaillaient et ont complètement restauré le château qui les logeait et qui appartenait au directeur. Lequel  a construit son patrimoine ainsi, avec financement public. Ce qui n'empêchait pas les coups et les enfermements à long te...rme, la restriction amimentaire et autres... [Lire la suite]
Posté par ruru à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2014

suffixes

Les suffixes -ure et -ion sont plein de surprise. ils distinguent un processus d'un résultat: la denture est la fin du processus de dentition, comme la musculature est le résultat du travail de musculation...mais ça ne marche pas toujours... Et l'idée de nature a toujours mené à l'idée de nation: ce qui couvert la terre de massacres... Ce sont bien les racialistes écologistes du début du XIXe s qui ont amené le nazisme: la nation, le terroir, les "gens d'ici", la race créant le nationalisme et la mort des autres!
Posté par ruru à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2014

•Nation, ethnique ou civique?

 La confiscation des valeurs par la droite est ahurissante! La très positive idée de nation dans sa version modrne leur apporte le nationalisme abject. La République a bien défii la nation! il ne s'agit plus seulement de "naître" quelque part, mais de choisir, voire de renaître... La nation est tout le temps en train de naître (ce qui serait mieux dit par le mot "nature", " de"natura", "  ce qui naît, ce qui est né", très idéologiquement connoté aujourd'hui!). la nation c'est la volonté de vivre ensemble! il ne... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2014

Lire vraiment, acte d'être: Balzac et Rimbaud

La découverte recommencée de la lecture est une aventure certaine. Comme pour marcher en forêt, en se répèrant, en connaisant les arbres, mais en découvrant, il y faut un vigilance particulière et sans a priori. Comme pour voir un tableau, il faut que le regard sache "boire" le texte, que l'écrit vous "saute aux yeux".On ne dévore pas un livre: il vous dévore. Et ça va vite. il faut savoir devenir éponge, absorber le livre sans préjugé, sans le penser au moment de la lecture. Il faut s'y laisser prendre, qu'il entre en soi, qu'on... [Lire la suite]
Posté par ruru à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2014

joiissance raciste hypocrite

De la jouissance raciste hypocrite LA jouissance raciste,répugnante, certes, a son utilité: elle permet de s'éloigner de celui qui la manifeste en ronronnant d'une façon obscène en se satisfaisant de sa propre turpitude. Elle participe du plaisir imbécile et primaire de la rupture complaisante des tabous. Ainsi ressemble t-elle à la mode pénible des bourgeois encanaillés qui parlent argot ou comme des charretiers par bravade ou pour avoir l'air "cool". Elle peut mélanger vraie hypocrisie et fausse sincérité avec leurs contraires... [Lire la suite]
Posté par ruru à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2014

Fâcheux, dénigrants, pervers!

On apprend, souvent après des crises graves, à "devenir parano" en maîtrisant ccette parano. Ceci our éviter de tomber, dans la vie adulte, dans un nouveau piège relationnel.iverses victimes de harcèlement apprennent, lors de stage et de grouopes de parole, à écouter l'autre pur ne pas morfler, ne pas tomber dans les rêts d'un pervers narcissique. Ainsi on se méfie des "dénigrants" répétitifs (il y en a sur facebook!!!!!) C'est utile parce qu'ils se dévoilent: ne jalmais les féquenter, attention, danger!  il suffit de quatre... [Lire la suite]
Posté par ruru à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2014

sonnet de l'émoi du soi (psychomachie)

Au coin du moi, y avait le je Comment éviter cet émoi? Fuyons ce loup, fuyons ce bois! Carapatons loin  du vertige! Pseudo-sonnet de l'émoi du soi (psychomachie)   A l'intérieur, et quoi qu'y puis-je, Le carnassier, en tapinois Croque mon foie comme une noix La volonté d'espoir se fige.   Sauf qu'il y a cette voisine Qui me distrait de ce tourment Depuis que je suis son amant!   Même si je me turlupine, Du moi matois qui est en moi Ca se résout en je, en soi!    
Posté par ruru à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]