•  La confiscation des valeurs par la droite est ahurissante! La très positive idée de nation dans sa version modrne leur apporte le nationalisme abject. La République a bien défii la nation! il ne s'agit plus seulement de "naître" quelque part, mais de choisir, voire de renaître... La nation est tout le temps en train de naître (ce qui serait mieux dit par le mot "nature", " de"natura", "  ce qui naît, ce qui est né", très idéologiquement connoté aujourd'hui!). la nation c'est la volonté de vivre ensemble! il ne s'agit  pas du sens ethnique, forcément caduc puisque le monde est l'histoire des immigrations, au sens civique et politique! vivre ensemble c'est créer une civilisaton tous les jours, avec ses traditions (innovations qui ont réussi) et son progrès (innovations ent train de réussir). La modernité est indispensable! ... La nation c'est ausi l'état, ce qui est autre ... Mais la nation -état permet aussi de se réfugier pour celui qui est persécuté ailleurs, dans une autre nation, souvent plus ethnique que civique. Et de participer à la vie, à la culture d ctte nouvelle nation:le cinéma américain s'est formé en grande partie grâce aux immigrés d'Europe centrale fuyant le nazisme! la confiscation de l'idée de nation pour la remettre au sens ethnique, voire pire, au sens aristocratique comme Boulainvilliers, définissant la France comme "mérvingienne" est dangereuse mais cocasse.Le grand augustin thierry, reprenant avec lyrisme Grégoire de Tours, re-franquise les noms francs et Clovis redevient Hlodowig! Encore faut-il pnser que la langue latine de Grégoire est peu classique, la déclinaison cédant aux coordonnants, etc...Ce n'est pas "déjà du français" , mais ça monte bien ce que précisent, à un aure moment les Serments de Strasbourg:"le français est un langue romane qui porte un nom germanique"... tout ceci parce qu'un fait unique dans l'histoire est arrivé: les envahisseurs francs ont choisi la langue et les institutions, les lois des vaincus, tandis que la romanisation s'est faite en douceur malgré des îlots de résistance.Charlemagn révait de reconstruire la civilisation romaine.. Cette nostalgie a créé une nouvelle culture, déjà la nôtre, faite de disparates et qui continue aujourd'hui. Ce qui n'est pas divers moisit sur pied, de même que la consanguinité crée le déséquilibre. il n'y a qu'à voir les Bourbons, internationaux pourtant, représentés par Velasquez!!! Quant à le Mardeillaise, galvaudée par le traôte, non pas seulemetn à la France, mais à l'Humanité, Pétain, je l'aime tout de même: c'est la chanson de Valmy, des "soldats aux pieds-nus" qui créaient, paysan, petits-bourgeois, pauvres une nouvelle nation conte de vraies tyrannies ethniques et qui affrontèrent les meilleurs armées du monde. La Marseillaise c'est la violence défensive contre l'invasion des rois... Elle est moche, disent certains...oui, moche comme un opprimé qui se met en colère et qui cogne, come un animal blessé, une ourse défendant ses petits: la non-violence bourgeoise combat surtout la violence populaire,vulgaire! T'en fais pas, Nicolas, la commune n'est pas morte! Et "quelque chose de France" peut encore évoquer la Résistance, l'accueil, la tendresse civique de la porte ouverte..s'il y a une France, s'il y a une nation, ce serait sa mission!