Une enfant agresse une ministre d'une façon raciste. Certains s'indignent. A juste titre;Mais il y a à réfléchir, à penser. Tout en éprouvant la  fierté d'être humains, oui, car il y a la loi!
En s'indignant, on se fait plaisir. en traitant l'enfant de "petite conne" même si c'est dans un article bien venu et brillant autant que légitime. Mais peut-être qu'après s'être fait plaisir, il serait bon de passer à l'humanité.
Cette enfant a été semble t-il incitée au délit par des parents irresponsables. Passons du pathos, de l'émotion, qui ne sert qu'à nous faire jouir de nos "bons sentiments" à l'ethos, la raison qui mène au sentiment, énergie durable et profonde, bâtisseuse, à l'éthique, à la loi, à la protection de l'enfance. Les parents encouragent une délinquance agravée par le fait que la personne visée a une mission publique. Bref, ils risquent la déchéance des droits parentaux, une amende et un placement de l'enfant qui est une VICTIME;  Le juge de enfants va sans doute prononcer une réparation préjudicielle et la loi humaine est sage: une lettre d'excuse, certes, mais aussi des entretiens avec une psy spécialisée qui fera une information-éducation sur les droits de l'homme, le civisme, la constitution. Si l'enfant persiste, il peut y avoir un travail d'intérêt général. Et si ça continue, une incarcération mai dans un but éducatif: ce ne sont plus les "maisons de redressement" que j'ai connues. Voilà l'humanité, la loi de la République que j'ai appris à connaître, la protection de l'enfance. Ce sont là les principes républicains, venus d eKant (la métaphysique des moeurs, première morale non-religieuse), de Beccaria (des délits et des peines) et des Lumières. Car ul n'y a pas de distance entre les grands penseurs et notre vie quotidienne, mais une continuité. il faudrait en prendre conscience.
Bien entendu, l'aspect quotidien de l'esprit de lois, de Montesquieu est présent comme la pensée de Rousseau. Contre l'animalité réactionnelle voir réactionnaire de l'émotion, il y a la raison, la sollicitude, et la loi qui est amour de l'Humanité. En protégeant ainsi l'enfance nous appliquons des principes justes et HUMAIN  face à l'anti-humanisme des parents odieux. CAr d'autres verraient simplement le punitif (la loi ne punit pas, elle sanctionne) et ce serait un ratage! Bref après s'être amusé, s'être gargarisé par l'indignation, avoir exhibé une "performance émotive" et une "indignation vertueuse", après avoir donné en spectacle notre émotion, on va construire, aider cet enfant dont les parents, en l'encourageant au délit se sont conduits comme des parents qui l'auraient incitée au vol, à la violence. Nous avons affire à une enfant blessée par une éducation de haine, de rejet de l'autre (comme les bêtes tuant  l'autre, l'étranger, quiconque passe sur leur territoire, come le beauf qui tire à vue quand on emmièt sur ses plates-bandes) et que l'humanité demande qu'on l'aide. Oui, je suis fier d'être humain car dans ce c as il s'agit de lutter conte l'anti-humanisme,,l'inhumanité du racisme, du rejet omniprésent dans la nature. Et d'aider une victime mineure après s'être justement indigné, ce qui ne suffit pas: ce  n'est que confortable. vive la République, vive l'Humanité! vive Condorcet et la responsabilité.