Si j'étais sérieux, je serais plus souvent malade.  Capermet de voir le monde d'une façon plus affutée. Précise. Car, dans la salle d'attente du médecin, on ne fait pas qu'entendre les affligeantes conversations des gens qui se plaignent en supportant l'agitation de gosses qui vont mal et dont on peut parfois prévoir l'avenir glauque et désespérant. on peut lire. Des magazines de salle d'attente. Des magazines féminins. Les femmes seront-elles toujours en attente? A mon avis, c'est bien parti. Et ces magazines sont fort instructifs!

Le regard des femmes sur elles-mêmes, du moins celui des rédactrices et des lectrices de ces magazines est sinistre, mais joli.Passosn sur les filles déshabillées ou habillées qui pourraient émoustiller les messieurs dans d'autres magazines. On est dans le même type de regard, comme si celui des mâles traversait les yeux de femelles transaprentes. pour le reste, que ce soit  Elle, Femmes Actuelles, Femmes d'aujourd'hui (en flamand "het rijk der vrouw"; le royaume de la femme!!!! Là, on touche le fond!) ou Femme actuelle on a de la cuisine, de la mode, des conseils psy voire de la conduite sexuelle qui devient ue morale et un exercice de "bon goût"! Marie-Claire est moins con.

La cuisine est intéressante: la morale de la constipation et de la minceur propose du diététisme, mais aussi de "bons petits plats" plus lourds. Par chance ,il y a  aussi des exrcices de gymnastique forcément "douce" pour compenser. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes: on crée le problème pour mieux le résoudre. Ca rapporte. les conseils psy sont pour la paix des ménages sauf que quand même les hommes, c'est des salauds, la misandrie" en douceur" est de bon ton.

"Alertées à juste titre par la surutilisation de leur image, les femmes n’ont sans doute pas commencé à interroger  l’image qu’elles avaient elles-mêmes des hommes"

Bernard Cohen, Tu ne jouiras point,1992.

Les conseils psy sont de très "bon goût". Bien sûr, le ton des magazines change selon le public visé et Femme Actuelle est plus popu que Elle: c'est de bonne guerre, il faut bien que les bourgeoises distinguées se démarquent des grosses ploucasses vulgaires. Le femmes et le féminisme auront toujours un problèpme de bourgeoisie.  Et de belles dames oréalisées à bijoux et aux belles dents plaindront toujours la pôv fille à trois mômes et pas de sous. Laquelle a envie de leur foutre son poing sur la gueule. Mais ce n'est pas de "bon ton".

On m'a parlé d'un truc que ça s'appellerait "féminisse", ou quelque chose comme ça; Ces journaux se disent plus ou moins pour l'égalité des femlmes. Pas entre elles en tout cas. Cette égalité passant par une grande soumission au regard masculin intégré. Du moins c'est ce qu'on voit dans ces publications: c'est pas gagné, les filles! Bref, tant que le combat ne passera pas par une lutte acharnée contr cette propagande d'ordre moral sexiste, y a pas grand chose à espérer. En attendant, souvenez vous, ô femmes, que vous pouvez montrer vos seins à la piscine, sur la plage, dans les revues sexy ou même dans les magazines féminins: c'est permis et on se sent libérée. A condition de la fermer: Un femme qui se dépoitraille en exprimant des propos féministes, réellement féminsite, ça c'est pas bien, c'est de "mauvais goût"... on ne peut montrer ses seins qu'à condition de conforter le pouvoir mâle et d'une façon acceptable pour la société: c'est la loi. il faut choisir: ou la parole, ou les nénés!

Tout ça renforce un ordre moral diffus, mais efficace; Et les magazins féminins en sont un joli Code Civil! Une morale. Un idéologie. Une prison. Bref: Alertées à juste titre par la surutiloisation de leur propre image par eles-mêmes, les femmes n'ont pas réfléchi à l'image qu'elles ont d'elles mêmes. Du moins stelle qu'ele est exprimée par ces publications.

Les gros machos, on les voit, on peut lutter contre. Le magazine féminin est plus insidieux, plus sournois mais sans doute aussi dangereux.