Il rentrait du collège.Il faisait beau : le mois de mars finissant annonçait un printemps jovial. Pourtant il se sentait maussade.Décidément, ses parents ne le comprenaient pas. Et l'on ne comptait plus ses tentatives de suicide: il avait déjà avalé une pharmacie ou deux. Et ses parents se lassaient. Quels monstres !

 

Il ouvrit la porte de l'appartement.Il entra. Tiens, quel silence ! Personne à la maison ? C'est curieux !  Il alla jusqu'au salon.et là... horreur ! Son père ! Son père s'était pendu au lustre ! Il avança, tremblant...

 

C'est alors que sa mère entra, une bouteille de champagne à la main. Elle la posa, cria :

- Poisson d'avril !

- Poisson d'avril ! Ajouta le père !

 

Puis elle aida son mari à se décrocher : il avait acheté une corde à harnais, comme on en utilise au théâtre... Alors on déboucha la bouteille...