Un chat, un chien, un hamster, on le nourrit, on le choie, on le soigne... un SDF, on lui fait l'aumône, on applique des principe sociaux ou on le laisse crever... !on ne veut pas de "ça" chez soi, parce que ça prend de la place, oui Madame... 
un chien, un chat, c'est purtant pauvre! En fait non! animaux bourgeois, loin des bêtes prisonnères de la nature, de la faim, de la menace constant du prédateur... Mais on aime même les bêtes...
le clochard, le SDF vaut moins qu'un animal aujourd'hui... Et le bourgeois repu, ignoble d'auto-satisfaction clame avec une bassesse sordide "plus je connais les hommes, plus j'aime les animaux"! Ce n'est pas parce qu'il est ignoble, lui, et qu'il fréquente des larves immondes de son espèce que tous les humain sont comme ce moindre répugnant!
Tout ce qu'on donne aux animaux familiers est volé aux pauvres qui y ont droit! la bourgeoisie se fait plaisir en jouant les Marie-Antoinette... parfois, ça finit mal! 
En cette époque d'animalisme anti-humaniste forcéné, nous devons réagir! Là réside le germe de l'ignominie: il est encore fécond, le ventre d'où a surgi la bête immonde!
viva Zapata