Classique de la pauvreté, ou de la radinerie, la soupe aux épluchures peut être délicieuse et revigorante. J'en ai relevé plusieurs recettes et celle-ci en est une adaptation qui me plaît. On se sert souvent d'eau de cuisson de riz ou de pâtes, ce qui permet de "tenir au corps" et donne du velouté. Il s'agit de récupérer les pluches de carottes, de céleri-rave de pommes de terre, le vert de poireau, les trognons de chou, etc que l'on lave et détaille en petits morceaux. On fait bouillir dans l'eau de riz avec un bouquet garni. On peut, si on est à la campagne, y ajouter un peu d'orties ou d'ache sauvage. On n'oublie pas d'ajouter des pelures d'oignons, pour donner une jolie couleur ambrée. Il faut deux  grosses poignées d'épluchures pour un litre d'eau. On obtient un bouillon de légumes...

Ensuite, pendant que ça cuit, dans une poêle, on fait fondre de la graisse de pot-au-feu récupérée, de poulet rôti ou de toute autre plat. Si on n'en a pas, du saindoux, de l'huile ou du beurre feront l'affaire. On fait revenir un oignon et une gousse d'ail lentement. On verse par dessu une bonne cuillerée à soupe de farine, on laisse un peu cuire et l'on mouille avec le bouillon d'épluchure. On touille. Puis, après avoir filtré le bouillon, on le mélange avec  ce roux. La soupe doit être légèrement veloutée.On peut y casser un oeuf. Mais nous atteignons le somptuaire!

Cette soupe se sert à l'assiette, sur une tranche de pain rassis, dur ou grillé. On y verse quelques gouttes de viandox, d'arôme Maggi, de Worcester sauce ou de sauce de soja, selon ce qu'on a sous la main. Ce qui renforcera la belle couleur brune du brouet.

Ca fait bien longtemps que je n'en ai pas préparé. Cette soupe est délicieuse et en vaut bien d'autres!