Oui, la vie. On la voit circuler. Tu te souviens de Yasmina ? Son appétit curieux ? La vie se plaît à gouverner . Il y a même des chiens qui font pareils. Et l’appétit des horloges ? Impressionnant ! Les chiens n’ont pas de montre. Pourtant, certains gouvernent. D’autres chiens, je veux dire. Leur vie. Yasmina aimait les chiens. Plus que la vie, je crois. Enfin, plus que sa vie.

Parfois, la vie s’accroche à nous, comme des moules à poteaux, comme des puces sur les chiens. Mais enfin, Yasmina était gourmande. Ca peut nous sauver, ça. Qu’est-elle devenue ? Tiens, moi, j’avais un chien qui ne mangeait pas. Très peu, en tout cas.

Et j’ai vu un homme qui avait repêché un crucifix dans la mer. Un gros. Un d’église, en bois. Sauf le Christ. Juste la croix. Le Christ gouverne le monde ! Et les moules s‘étaient accrochée autour de ce Jésus métallique, du maillechort, je crois. Ou du laiton, peut-être.

Yasmina ? Elle n’avait pas encore jeté l‘horloge dans la mer. Tu crois qu’il y a des moules sur ce bois de coffre ? Mon chien avait pissé sur le bas de l’horloge. Yasmina avait beaucoup mangé, et pas mal bu. Elle trouvait que l’horloge évoquait un cercueil, c’est pour ça. On a mangé les moules du crucifix. Communion par contiguité. Avec du vin blanc. Oui, la vie.