Patrice houzeau va loin et c'est bien... Lisez donc:

La mesure du moi est toujours ce que le moi a devant lui, et c’est là définir ce qu’est « la mesure ». (Traité du désespoir, p.164) : Jusqu’à ce moi que Kierkegaard appelle « moi théologique », « le moi en face de Dieu », le moi à portée de Dieu, il semble que le moi soit avant tout une construction, une volonté d’existence. C’est donc dans une persistance du devenir que se constitue le moi, un dépassement de sa propre mesure qui, évidemment, ne peut que s’opposer à cette perte de soi dans l’objet contemplé et la succession des heures que semblent vouloir nous vendre les zélateurs des abandons bouddhistes.

Patrice Houzeau

Le début sur: http://patricehouzeau.over-blog.com/