On voit soudain PAtrice Houzeau faire émergerde la beauté.Que dire? Le voici posant des phrases qui,à peine lues, deveinnent nécessaires... quelque chose de grand, mieux que Cioran car pas flic ni curé, et qui peut rappeler Ecrit en la secrète de Jean Claude Bologne (sans trait d'union, voir son site)...

"Au couteau.
Il arrive que l’on se dise que l’on supporte de moins en moins les bavardages. « Quelle perte de sens ! » se dit-on comme si on avait mieux à faire. Une véritable hémorragie alors, le bavardage et on se prend à rêver d’une vie faite de gestes précis, d’actes laconiques et chirurgicaux, une vie aussi vive et discrète qu’une main se saisissant d’un couteau."

Ambiguïté... Sans bavardage, nous sommes morts.. Il y a tant de couteaux! LE geste précis du langage se trouve dans la juste définition d'un dictionnaire! Celle-ci par exemple:

"Large : qui a une certaine étendue dans le sens opposé à la longueur.

Larousse universel en deux volumes, 1930"

Exemplaire! Simple et parfait: rien à ôter, rien à ôter, rien à ajouter par rapport à la nécessité de concision du dictionnaire... Ce propos "chirurgical " est tel qu'il semble difficile de faire mieux!

Perdre le sens? Encore faut-il y être, au sens et non fors sené, en, dehors du sens, dans l'hybris libérateur du bavardage ou du propos ritualisé sur le temps qu'il fait...

Un temps pour chaque chose, un moment s'il vous plaît, bavarder au couteau c'est la scène primordiale du meurtre verbeux qui doit être amusant... Grâce à la concision du dictionnaire nous pouvons enfler nos phrases,les farcir et bavarder délicieusement!