Honte à la nuque! Elle ne voit rien! A peau collée sans oeil ni cils! J'y plaquerai un baiser souple. Ou bien la mordre, dents imprimées.

Eclaboussure en plein ciel, bave solaire, l'amour s'y colle, ça va bouillir! J'aime l'été. Et toi aussi...

Ta nuque est fière, cheveux épars! Le ciel explose en pleine pluie, giclées d'éclair ciel furibard!

Et nous voici avec l'amour qui se déplace en touffe noire. Il rampe ainsi jusqu'à plus soif. Sauf que toujours selon la loi. Le loi intime du crépuscule. Et des doigts fous.

Aveugle nuque et qui savoure l'avidité de toutes mes dents. Tu donneras, encore, je sais ,la clarté, plouf! de ton corps nu.

Par la douceur, des phrases, des mots d'amour à cru, on ira vers l'été. On se susurrera les possibilités de la chair malicieuse, avec la nuque rouge et l'idée folle.

Honte à la nuque, elle est rusée! Elle amougneune et ça s'excite!