30 juin 2008

Albert cossery

LE grand albert est mort... Après Gracq, voici l'une des deux voix singulières, "autres" qui s'en va... La tendresse amusée, l'ironie bienveillante,la langue de vipère mais aussi la générosité d'une écriture à la fois vive et nonchalante...Relisons LEs Fainéants dans la vallée fertile et soyons fiers d'aimer la vie...Pour moi, c'est encore un peu de mon enfance qui s'en va...après Gracq, oui... Tous ceux que je voyais enfant, généreux,parfois fous, toujours lumineux.. cossery chez Lipp, qui sait ce qu'est Lipp, plus proche... [Lire la suite]
Posté par ruru à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2008

"Viscéralement de gauche"

Quelques-uns se disent "viscéralement" de gauche. Ou de droite. Ca me fait penser aux sous-artistes qui oeuvrent "avec leurs tripes" (allez dire ça à Dürer, à Picasso, à Matisse, à Degas!!!!! A Rimbaud, à Gracq, à Calvino, à Kosztolanyi,, à Hugo!).ca doit être écolo.C'est animal,puisque ça demeure au niveau de la merde. Aussi nul que Céline, le lâche florissant,petit-bourgeois aimé qui n'a pas su le rendre. C'est probablement écolo, vu que c'est sale. vu que c'et bas, lâche et facile comme un grand solo de guitare... [Lire la suite]
Posté par ruru à 05:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2008

Capucine.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 2 6 3 5 4 5 2 3 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:536902279 -2147483648 8 0 511 0;} @font-face {font-family:"New York"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-alt:"Times New Roman"; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2008

urgence absolue! Pensons aux générations futures

La nature est le plus grand danger qui menace l'himme, cette emrveilel absolue! IL faut agir!Voici une action nécessaire: Pseudo-projet d’un moratoire citoyen   par Jacques Poustis Halte aux risques liés à la consommation des plantes 100 % naturelles mais toxiques ! Les allergies liées à la consommation de végétaux sont depuis la nuit des temps un véritable fléau pour l’humanité : allergies aux arachides, à certains fruits (kiwis, bananes, noix de coco, fruits à noyaux…), à certains légumes secs (soja,... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2008

Mélancolie printanière en souvenir d’une morte.

C’est le printemps ! Des filles chantent dans les champs, des garçons suent en travaillant. Le vent ébouriffe la plaine ! Soleil, soleil ! Je me souviens trop d’elle… Son corps luisait dans la pénombre de la tonnelle. Elle, toute nue, gantée de sa peau… Comme une statue antique en équilibre hautain. Juchée sur ses pieds pâles. Sereine sous l’azur. Vivante. C'était une belle femme, un peu plus que ça, même, reliée d'un joli hâle et son cul rayonnait. Affreuses séductions du beau temps, quand la mélancolie s’ébroue ; elle... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 juin 2008

Une femme dans les yeux

Une femme dans les yeux : remuant comme un papier ! Et cela se déplace comme une feuille volante ! Effroyable destin que d’être soi tout seul ! Et de la regarder. Elle. Quand les fontaines pleurent, ça me donne très soif ! Il y a du radis noir dans la porte du frigo. Une femme dans les yeux : Elle est bien dans ma vue… J’ai dit du radis noir pas du raifort costaud. Le frigo et trop vieux. Je vais quitter ma femme. Là dessus, la fontaine ne nous donne que de l’eau. Une femme dans les yeux :je la vois toutefois, tout le temps... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2008

Tout désespoir est bon à prendre

Tout désespoir est bon à prendre : A chaque candeur son destin Et sur les lignes de ma main Ma vie se gèle à pierre fendre. Vertigineuse, à peu près tendre, La solitude s’exerce en vain : Aujourd’hui vaudra bien demain Qui n’a rien perdu pour attendre. A chaque oubli son habitude A chaque prison, sa certitude A chaque moment son histoire, A tout chagrin sa nourriture Le sommeil me veut en pâture : Coup de balai dans la mémoire
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 juin 2008

goralpurne

Porche la misoire ! Agudjé la parageoise. Borcu duculard soumiroff. Vercondru castiflag mezuitres : Soragem jotimé suckleard de purte mi clouir ? Secziuit, retezacle et cortage bubourneux. Klakeau purtirulert ! Rotoplanure d’astigartagle por tartinor d’égramadase ! Zogodorop doule!
Posté par ruru à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2008

Inhumons nos prières.

Une poésie salace serait tout un nombril, Un monde à part, sérieux, ne puant qu’à demi, Mes minutes sont faussées tout autant que naïves. Même si je sais que notre légende recommence Tous les matins, même quand il pleut ! Tout un nombril, disais-un nœud de chairs collant Qui s’accroche au ventre lequel masque la tripe. L’amour c’est comme un foie qui digèrerait mal, Et des biles austères y font des bouillies rances ! Pour aimer je vivrai ; ça me condamne à mort. Nombril, visage voilé, chair retorse en droit-fil, ... [Lire la suite]
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2008

Au Café de l’Instant.

Avec l’air d’une fille simple, elle aguichait les hommes qui entraient du pied gauche au Café de l’Instant. Un désir la touillait lorsque l’un d’entre eux mordait à l’hameçon de sa chair plus qu’offerte. C’eût été le bonheur, l’allégresse, voire même la fête ! Mais nous savons bien que…
Posté par ruru à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]