Texte écrit à l'ocasion de la sortie du coffret de trois CD Le JArdin des délices du pianiste et compositeur Omar Yagoubi:

Une solution efficace à un grave problème proposée par la Professeur Yagoubi.

Solidaire de tous les pianistes, le Professeur Yagoubi s’est penché sur le cas de Miguel Angel Estrella. Celui-ci a subi des traitements fort contrariants de la part de personnes relativement antipathiques. Certes, diront d’aucuns : « il n’avait qu’à jouer de la cornemuse ». C’est déplacer le problème : le pianiste, dans ce cas, passerait du statut de victime potentielle à celui de bourreau effectif. D’autres vous diront : « il faut abolir la torture ». Voilà qui démontre un esprit léger, futile et inconséquent !
En effet, la torture est pratiquée, le plus souvent dans des pays en crise. Abolir la torture serait créer du chômage en plus et nuire aux tortionnaires que l’on recycle difficilement. De plus, c’est la porte ouverte à des pratiques cachées. Voire même à l’emploi « au noir » d’émigrés peu regardants sur le travail proposé, durs à la tâche et exploités d’une façon indigne. Bref, ce serait favoriser l’arrivée de clandestins à la formation professionnelle inexistante et d’origine louche.
D’autre part, il est à considérer que la torture est vraiment désagréable pour celui qui la subit. Qu’il soit pîaniste ou non. Car le Professeur Yagoubi, en véritable humaniste s’intéresse également aux deux grands parties de l’humanité : les pianistes et les autres ! Parfaitement !
Humaniste est le mot juste, car le Professeur Yagoubi soumet aujourd’hui une proposition permettant, enfin, de rendre la torture humaine ! De plus, cette proposition viendrait en aide à l’industrie pharmaceutique, dont on sait qu’elle a du mal à joindre les deux bouts ! De quoi s’agit-il ? C’est très simple, comme toutes les idées géniales. Et l’on demeure éperdu d’admiration devant la grande sagacité du Professeur Yagoubi !
Voici comment il faudrait procéder : avant chaque séance de torture, et pendant que le totrionnaire préparerait consciencieusement son matériel (ces modestes artisans aiment le travail bien fait) , on injecterait à celui qu’on va torturer un produit tel que la morphine, le curare, etc. Ce qui permettrait, de surcroît, l’emploi de médecins spécialistes. Et l’on pratiquerait ensuite comme d’habitude.
Oui, le professeur Yagoubi, encore une fois, à trouvé une solution humaine, généreuse à un vrai problème. Ensemble, signons sa pétition pour la mise en œuvre de la torture sous anesthésie !
Une petite signature pour chacun, un grand progrès pour l’humanité !

Orlando de Rudder